.

A corrugated iron abode.

Joris Van der Borgth, 2017.

 

The same winter 1994, the same landscape. Artist Tim Volckaert and his friend Louis turned a sheep’s shelter made of sheets of corrugated material into a ‘safe house’ on a slope. They installed the bare necessities for life, made room for their books, built a fireplace and created three divisions to give the refuge structure. They hung out there, made it the base camp for their expeditions, drew and did watercolours using ice water. They captured in photographs what needed to be captured. They talked for hours about how they saw life and how they saw their role as artists.

The manipulability of the landscape through human, let’s call it artistic intervention was a significant part of this. The research this entailed included the following questions: what does the artist signify in a landscape? What is the minimum signature an artist can leave behind in a landscape? Visible during the day and even more so at night, the ‘worm’ shelter with its light-permeable plastic compartmentalization stood out clearly on the hillside.

.

A corrugated iron abode.

Joris Van der Borgth, 2017.

  1. –  loger sous des tôles ondulées, 1994

 

Même hiver 1994, même paysage. L'artiste Tim Volckaert et son compère transforment une bergerie en un abri de tôle ondulée sur un talus, pour en faire un endroit où il fait bon séjourner. Ce qu’ils font, du reste, y installant leur arsenal vital. Ils attribuent une place à leurs livres, construisent un âtre, subdivisent leur retraite en trois parties destinées à structurer l’espace. Ils s'y cachent, en font le point de départ de leurs expéditions, y dessinent et y font de l'aquarelle avec de l'eau glacée. Ils fixent sur photos ce qui vaut d’être fixé. Ils parlent des heures durant de leurs visions de la vie, de leurs conceptions du rôle de l’artiste. La « constructibilité » du paysage par le biais d’une intervention humaine, qu’on peut appeler artistique, est à cet égard d'une importance significative. La recherche qui est ici menée revient à poser la question suivante : que signifie l’artiste dans un paysage, quelle est la « signature minimale » qu’un artiste laisse dans un paysage ? Si la réponse est visible le jour, elle l’est d’autant plus la nuit du fait que le compartimentage au moyen de plastique translucide permet à l’abri « vermiculaire » de se détacher de manière vivante sur le flanc de la colline.